Aurélie sur Le Trail des Loups à Moyon

Samedi 17 Février, sur un coup de tête, une décision de la veille au soir : il va faire beau ce week-end, c’est chouette enfin du soleil ! La LiCoRnE n’a pas envie de rester enfermé. Elle repère l’organisation d’une journée trail à 2h30 de route de chez elle. Il y est proposé plusieurs distances : 8km, 15km, 30km et 53km. Elle n’est pas encore fixée sur la distance lorsqu’elle prend la route à 6h, elle verra une fois sur place… 30 ou 53km…

C’est la deuxième édition du Trail des Loups. L’an dernier il n’y avait que trois distances, et pas de long.

Mon tout premier trail en solo

J’arrive sur place à 9h30, le premier départ est dans 30minutes, c’est celui du 53km. Il faut que je me décide. J’avoue que le long me tente bien mais ce n’est pas très raisonnable…

Je me rends sur le lieu de retrait des dossards, licence en main. L’accueil y est chaleureux, les bénévoles m’offrent un café chaud. Vraiment appréciable car il fait vraiment froid malgré le beau ciel bleu. Les traileurs prenant le départ de cette distance sont quasi tous là, prêts à partir.

trail des loups moyon 2018 accessoires running

L’ambiance me gagne : Les regards complices, l’envie d’y aller et en même temps le stress de la distance. Ajuster son sac, ses lacets, ne rien avoir oublié, et se lancer pour quelques heures sur un arc en ciel qui va essayer d’être plus fort que les runners… C’est décidé, je me joins à eux !

Je vais faire mon premier trail long en solo complet. Je pense partir pour au moins 7h de run. Nous ne sommes que 53 inscrits. Sur une telle distance je sais que je vais passer quelques heures à courir sans voir personne mais je me
suis inscrite sur la distance la plus longue pour ça et pour faire le plein d’endorphines dont j’ai tant besoin.

Le départ

A peine le temps de m’équiper, le départ est donné. Finalement, je n’ai pas eu trop le temps de réfléchir et de stresser avant et c’est pas plus mal ! L’organisateur nous annonce qu’il a souhaité faire un tracé bien moins roulant que l’an dernier sur le 30km. J’ai hâte de découvrir le parcours !

10h00, c’est parti, un coup de feu et le petit groupe de 53 coureurs se lance. Cela fait bizarre d’être si peu à prendre un départ. Un homme m’interpelle : « Hey la licorne, on s’est vu sur la Trail Tour du Canton. Content de te retrouver
ici » c’est « monsieur grenouille ». Quel plaisir de retrouver une personne rencontrée sur un précédent ultra. Nous allons courir ensemble les 5 premiers kilomètres en nous racontant notre aventure de décembre. Il m’annonce avoir été finisher en 12h, bravo !

Rapidement, nous nous retrouvons en forêt dans une boue épaisse et collante. Je suis bien contente d’avoir choisi des sabots avec une grosse accroche car je sens que je vais en avoir besoin !

Il y a de nombreux ravitaillements sur ce trail, chose assez rare. Ils se trouvent tous les 10km (voir moins).

De ravitos en ravitos… de rencontres en rencontres

10ème kilomètre, le ravitaillement est un peu léger mais je me dis que ce n’est que le premier.

Les bénévoles sont top, je prends ici le temps de retirer quelques couches car je suis partie beaucoup trop couverte, il fait chaud finalement sous ce beau soleil.

Je repars de ce ravitaillement avec un couple : « Chou et Chouquette ». Lui est un ultra-traileur confirmé (UT4M en moins de 40h), elle une traileuse courageuse qui rêve de le suivre. Ils se lancent des défis en duo, quelle chance et quelle magie ! On fera tous les trois pas mal de bornes ensemble, à se croiser, se doubler et se motiver.

trail des loups moyon 2018 accessoires running

20ème kilomètre, deuxième ravitaillement, quel bonheur en y découvrant des Tuc ! C’est mon kif sur du long. En repartant de ce ravitaillement, j’accroche mon tutu dans les ronces et y reste coincée ! Une bonne crise de fou rire avec les bénévoles et les enfants présents.

Le parcours est magnifique. Chouquette qui connaît bien le coin m’explique que nous nous dirigeons vers les Roches de Ham, c’est une falaise de schiste qui vaut le coup d’œil. Elle me la montre du bout du doigt, là-bas, sur l’autre colline en face de la vallée ! Ok, c’est parti pour le D+ !

Notre but, c’est la barrière horaire, fixée à 5h de course au 37ème. Nous devons tenir une cadence de 7,4km/h. Les serre-files sont devenus nos amis de course. On se rend vite compte qu’il ne faut pas baisser notre rythme au risque de ne pas passer cette barrière horaire.

24ème kilomètre, vouloir faire des vidéos pendant ses runs c’est fun, louper un balisage à cause de la vidéo ça l’est beaucoup moins ! Heureusement, Chou a prévenu les serre-files qui sont en vélo et ils sont venus me rechercher. Cela me vaudra un demi-tour et un bon kilomètre en plus ! Je me retrouve donc à courir de nouveau avec les serre-files.

trail des loups moyon 2018 accessoires running

D’ailleurs je trouve que le balisage sur le parcours est vraiment très léger. Des petites pancartes jaune, qui ne se voient pas forcément dans la nature, indiquent les changement de direction. Mais, dans les sentiers, il n’y a quasi aucun balisage. À plusieurs reprises, je me suis demandé si j’étais sur le bon chemin.

28ème, 3ème ravitaillement, les bénévoles savent que je me suis perdue, ils me charrient gentiment. Pour me motiver, ils m’annoncent que je suis en haut des Roches de Ham, un panorama magnifique m’attend (ce panorama me prendra aux tripes par sa beauté).

Une jolie descente technique et après le chemin de halage, très roulant, me permettront de récupérer un peu.

Sur ce chemin, que je trouve interminable car plat et très très long, je double « monsieur orange » qui a des soucis musculaires. Il me raconte qu’il fait cette course pour l’anniversaire de sa fille, c’est son premier trail long et, même si c’est déjà dur à la moitié du parcours, il le finira !

Je l’encourage et je continue d’avancer. Je retrouve Chou et Chouquette, les remercie de m’avoir sauver au 24ème et continue d’avancer. Je suis sur ce chemin en mode licorne automatique, mes jambes avancent toutes seules, elles avalent les kilomètres sans trop réfléchir, 30ème, 35ème… Je continue d’avancer…

trail des loups moyon 2018 accessoires running

37ème kilomètre et 4h30 de course. Le ravitaillement de la barrière horaire, c’est bon je l’ai passé, et avec 30 minutes d’avance ! On est large 😆

Chou, Chouquette et monsieur orange arrivent également. Joie, bonheur et partage !

On prend le temps de se poser avant d’attaquer la dernière partie qui nous mènera vers l’arche d’arrivée. Chouquette est fatiguée et a les pieds dans un sale état mais elle réalise qu’il ne nous reste que 16km à
parcourir ! Ha oui ? Plus que 16 bornes c’est cool ! Ça me rebooste également. Alors hop, je repars motivée comme jamais.

Cela fait maintenant 5h30 que je cours, jusque là mon corps suivait la tête… Mais je rencontre un gros coup de mou qui me tombe dessus sans prévenir. C’est dur ! Le dénivelé n’est pas méchant, mais il ne cesse d’alterner de nombreuses montées et descentes, dans la boue, dans l’eau en traversant ou remontant des petites rivières et, quand on rencontre du bitume, ça me met un coup au moral…

La barrière horaire finale est à 17h15 soit 7h15 de course. Les bénévoles du ravitaillement du 43ème km m’assomment quand ils me disent que l’organisateur a annoncé que la barrière finale serait de 7h et non 7h15.

J’avais déjà un doute sur le fait de finir dans les temps, alors avec 15 minutes de moins, c’est infaisable ! Mon moral tombe dans mes chaussettes boueuses ! J’ai un mal fou à courir, je suis fatiguée, mes jambes souffrent, la boue est entrée dans mes baskets, la chute était inévitable !

En traversant une rivière de boue, mon pied glisse sur une pierre lisse, la tête en première je m’envole ! C’est le genou et le coude qui prennent. J’ai mal mais ils ont l’air de tenir alors je repars….

trail des loups moyon 2018 accessoires running

Quand tout va mal, je me rappelle pourquoi j’ai pris le départ ! Et le bonheur que procure le passage sous l’arche d’arrivée. Je n’ai pas envie de passer à coté de ça, l’envie d’abandonner m’a traversée l’esprit mais la rage de terminer est bien plus forte ! C’est trop facile de baisser les bras juste parce qu’on est fatigué ! On ne peut pas se lancer sur une telle distance sans avoir un gros coup de moins bien et je le savais en prenant mon dossard. Alors c’est à moi seule de trouver les ressources nécessaires pour continuer d’avancer. Dans les barrières horaires ou pas, je m’en fiche ! Je terminerais !

Après le dernier ravitaillement au 48ème kilomètre, c’est le mental qui fera tout. Ma montre n’est pas en adéquation avec les bornes annoncées, je ne sais même plus combien il m’en reste à faire mais j’avance. Monsieur Orange a repris du poil de la bête et me double. Je donne tout pour ne pas le perdre de vue mais ses jambes sont plus fortes que les miennes. J’avance, j’ai mal, j’avoue même qu’à un moment les larmes ont coulé sur mes joues à cause de la fatigue mais j’avance, je n’oublie pas pourquoi je suis là.

Je cours depuis 6h30, je ne vais quand même pas baisser les bras maintenant. Je suis seule dans cette boue et cette humidité, les paysages sont magnifiques, ils me ressourcent. Au milieu d’un champ, je prends le temps de m’arrêter, de profiter de la lumière et du paysage. Tout cela regonfle mon moral et mon énergie.

Alors j’y vais en mode licorne guerrière je vais le finir, à moi l’arche d’arrivée ! Mais où est-elle ? J’ai déjà les 53km sur ma montre ! Les dernières bornes sont interminables…

Un final plein de magie !

En bas d’une côte, je tombe sur un jeune homme en vélo qui me propose de m’accompagner jusqu’à l’arrivée. Quel plaisir ! Il est tout fière d’être le fils du président de l’asso qui a organisé ce trail, je lui demande de remercier son papa et les bénévoles de m’avoir permis de vivre ce joli rêve.

trail des loups moyon 2018 accessoires running

En haut de la côte, je vois des maisons puis nous passons carrément à l’intérieur d’une maison de retraite (assez fun comme idée de parcours), nous tournons à gauche, un homme hurle « Allez ! C’est juste là ! Courage ! ». Puis j’entends le speaker « Ha mais voilà notre licorne, après s’être perdue à deux reprises, elle a finalement trouvé le chemin de l’arrivée ! Bravo à toi, tu l’as fait ! Félicitations ! ».

L’arche d’arrivée est devant moi, je hurle de joie ! la délivrance, les larmes, et un joli saut de licorne sous l’arche des finishers.. I did it !

Les bénévoles viennent m’embrasser et me remercier pour la joie partagée pendant le parcours. Chou et Chouquette arrivent 2 minutes après moi, quel bonheur ! Quelle magnifique aventure. 7h15 de course pile-poil, finalement nous sommes dans la barrière horaire qui n’avait pas été modifiée ! Et à la minute près !!!

Mon avis sur cette première édition du long sur le Trail des Loups

Il était annoncé un tracé de 53km et 630m de D+, finalement le parcours en faisait 55 avec 1000m de D+. Un joli trail avec des paysages vraiment sympas dans ma région Normande. Un parcours majoritairement fait de chemins, de rivières mais avec un peu trop de bitume.

Une décision de dernière minute que je ne regrette vraiment pas ! Je mettrais seulement un bémol sur le manque de balisage et les ravitaillements un peu trop légers pour un format long. Les premiers à passer les ont bien vidé. Une première édition réussie, qui sera, j’en suis sure, ajustée sur les prochaines.

Quand le doute s’installe, reprends confiance pour ne pas risquer de passer à côté d’une belle aventure !

Compte-rendu par Aurélie Berthe alias Lilie Corne Rose

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire