Une licorne sur le Raid du Golfe du Morbihan

Vendredi 30 Juin, 15h, Arzon, départ du Raid du Golfe du Morbihan dans sa version 87km. Environ 1100 partants dont moi, La LiCoRnE, pour mon tout premier ultra. Je n’ai jamais dépassé la distance d’un marathon. La mauvaise nouvelle c’est une fracture du petit orteil qui m’est arrivée 8 jours avant…. Il va falloir serrer les dents !

Un départ sous la pluie mais dans la joie

Je participe à cette course avec mon ami Jay, notre seul but est d’être finishers (et ça sera déjà très bien).

Au départ, nous avons la chance d’être encouragés et soutenus par les Lapins Runners (qui prendront le départ du 177km 3 heures plus tard), Lætitia (la femme de Jay) et Fab (le « pacer » de la LiCoRnE). D’ailleurs, Émir fera les premiers 800m en courant à nos cotés, comme pour nous lancer sur la course en nous disant de ne rien lâcher.

ultra marin raide golfe morbihan 2017 accessoires running

Il pleut, on part dans l’idée de courir les 87km sous la pluie….

Nous faisons les premiers kilomètres dans la joie et le partage avec les nombreux autres coureurs. Nous savons tous qu’une dure journée et une dure nuit nous attendent mais c’est bien la joie qui est présente. Nous découvrons des paysages magnifiques ! Le Golfe du Morbihan ne fait pas défaut à sa réputation. Malgré le mauvais temps, ce bord de mer nous fait profiter d’une ballade reposante…

Rapidement je perds Jay, il s’est arrêté, j’ai ralenti pour l’attendre mais… je ne le retrouverais malheureusement pas.

Première partie : 48km jusqu’à la première base vie

Le but est d’atteindre la première base vie située dans la commune de Le Hezo, au 48ème kilomètre.

Fab est un super pacer. Je le vois à plusieurs reprises sur ces 48 kilomètres, en plus il gère mes ravitos ! Son aide est un vrai luxe sur ultra.

Sur cette première partie, je suis bien donc, je ne traîne pas aux ravitos : un verre de coca, deux Tuc et ça repart. De toute façon, j’ai largement de quoi me nourrir et boire sur moi !

ultra marin raide golfe morbihan 2017 accessoires running

Il ne pleut plus, il y a du vent, il m’arrive d’avoir un peu froid.

Nous sommes pointés à plusieurs reprises sur la course. Un ami, Pierre, m’envoie des messages pour me donner mon classement. Partie à la 746ème place, je gagne 200 places durant cette première partie.

Je n’étais pas partie dans l’idée de suivre le classement mais je me prends au jeu. Il me motive à continuer d’avancer à un rythme correct et régulier. Je reçois aussi beaucoup de messages via Facebook, SMS, Whastapp et tous ces messages vont me booster pour quelques heures !

J’atteins enfin cette première base vie. Je retrouve Fab qui recharge mon sac en eau et en nourriture pendant que je prends le temps de manger salé. Enfin, le temps… en tout je ne m’arrêterais que 10 minutes car je sais que la prochaine base vie n’est pas loin.

Deuxième partie : 20km jusqu’à la seconde base vie

La nuit arrive, c’est là que tout se complique. La fatigue, les racines, les balises à ne pas manquer, je cours beaucoup seule en ce début de nuit. C’est assez pesant.

J’ai abordé cet ultra en me disant que jusqu’au 50ème ça devrait aller, après je craquerais certainement mais l’avantage, c’est que les barrières horaires sont très larges.

ultra marin raide golfe morbihan 2017 accessoires running

Eh bien comme à chaque fois, ce que j’avais imaginé ne s’est pas produit. J’arrive à la seconde base vie, un peu fatiguée mais honnêtement tout va bien. J’ai fait ces 20km quasiment toute seule, le parcours est vraiment sympa, on alterne entre bords de plage et petits bosquets. Entendre les vagues rouler sur le sable la nuit sans trop réussir à les voir avec sa frontale, c’est vraiment magique !

Je prendrais un peu plus de temps à cette base vie, mes pieds me font vraiment souffrir. Il faudra soigner de sacrées cloques et je vais devoir serrer les dents car mon orteil cassé devient très douloureux !

Troisième et dernière partie de l’ultra : 21,5km jusqu’à l’arche d’arrivée

Nous y voila, il devient compliqué de courir donc je marche 5 bonnes minutes pour me reprendre et relancer la machine. Quand je croise Fab et qu’il court près de moi, cela me redonne de l’énergie pour quelques kilomètres.

J’arrive à me raccrocher à un groupe. Cela fait du bien de ne pas courir seule ! Et quand je crois apercevoir une femme dans ma frontale, je m’accroche pour la doubler… toujours ce classement qui me reste en tête. Pierre me dit que je suis 23ème femme et 342ème au scratch.

Je ne sais plus où nous en sommes, je n’ai plus aucune notion du temps, de la distance ou de l’heure qu’il est. J’aperçois les lumières du port de Vannes, c’est l’arrivée ! Sauf que pour l’atteindre nous ferons des dizaines et des dizaines de zig zag sur des chemins de campagne.

Combien de kilomètres reste-t-il ? On me dit 2 puis 5 puis 8. Je finis par ne plus demander aux autres runners… Je continue de courir mais honnêtement, j’en ai marre, j’ai mal aux pieds, chaque foulée n’est que douleur, mes jambes sont raides comme jamais…

J’en ai vraiment marre, je craque ! Ma foulée est pourrie, j’ai l’impression que si je marchais j’irais plus vite (d’ailleurs c’était peut être le cas). J’ai mal au dos et aux cervicales. Et cet orteil cassé : il a dû tomber au fond de ma chaussure…

Un final impensable et magique

Dans un virage je découvre Fab, il est venu me chercher. Il m’annonce tout de suite qu’il ne me reste que 2km. Il a le malheur de me dire qu’il pense qu’il y a une nana environ 400m devant nous…. MON CLASSEMENT !

J’ai la rage, j’en ai marre d’avoir mal, je veux le finir cet ultra et puis ce classement qui m’a tiré tout le long… Alors j’accélère, doucement, pour augmenter ma vitesse de 2km/h. Je ne sais pas d’où je récupère cette énergie mais je veux aller chercher cette nana !

ultra marin raide golfe morbihan 2017 accessoires running

Une fois que je la double, je découvre l’arche. Elle est de l’autre coté de l’eau, je n’ai qu’un pont à passer et j’y suis. Alors j’accélère encore, pour doubler 5 hommes. Je finis au sprint à 15km/h, je me tire la bourre avec un coureur. Je passe l’arche, j’y suis, je suis heureuse, j’ai même encore la force de faire mon saut de LiCoRnE juste en dessous. JE SUIS FINISHER ! Je termine dans les bras de Fab, l’émotion m’envahit ! Je kiffe !

Et Jay ? Il a été malade dès le 18ème kilomètre, problèmes gastriques, déshydratation …. Mais Jay est un exemple de force, il est finisher également. Nous avons d’ailleurs fêté ça au champagne !

Et le classement alors ?

Cette version 87km en aura fait réellement 89,5, que j’aurais avalé en 11h50 !

Je terminerais donc 22ème femme de la course, 9ème senior femme et 294ème au scratch.

ultra marin raide golfe morbihan 2017 accessoires running

Je ne me savais pas capable de faire ça mais, prise au jeu… Sur ultra, il faut trouver quelque chose à quoi se raccrocher. Dans mon cas, je me suis accrochée à la présence de Fab sur le parcours, à mon classement et aux nombreux messages d’encouragements reçus pendant ces quasi 12h de course à pied. Merci à tous ceux qui m’ont suivi !

Compte-rendu par Aurélie Berthe alias Lilie Corne Rose

Rédacteur d'un jour

Ils aiment courir, ils partagent leurs aventures et leurs conseils, ils sont rédacteurs d'un jour pour Accessoires Running.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire