Le Marathon de La Rochelle

Il y a des marathons qui marquent plus que d’autres. Certains par les paysages, d’autres par la perf, ou encore par la douleur. Le Marathon de La Rochelle m’a marqué de par l’esprit d’amitié et de partage que j’y ai vécu. Et, à mes yeux, il n’y a rien de plus chouette que de vivre de tels moments lors de nos week-ends running.

Ce marathon de La Rochelle n’était pas prévu au programme de la LiCoRnE mais il fait parti des 10 plus gros marathons de France avec ses 6 137 finishers. Il se déroule dans une jolie ville et surtout plusieurs runners m’ont demandé d’y aller pour que l’on s’y retrouve, que l’on s’y croise et que l’on papote ne serait-ce que 2 minutes. Je me suis donc laissée tenter avec grand plaisir… D’autant plus que, dans 15 jours la LiCoRnE partira sur l’arc en ciel de son deuxième ultra-trail, alors une sortie longue de 42.195km ça ne se refuse pas !

Le retrait des dossards

J’ai la chance d’être arrivée à temps à l’espace Encan. Le contrôle des sacs à l’entrée a créé une sacrée file d’attente. À mon arrivée, vers 15h, elle était d’à peine 10 minutes, 2 heures après c’était une autre histoire… les coureurs arrivés tardivement ont fait leur premier marathon du week-end : celui de la récupération du dossard !

Sur le village marathon, je me ballade de stand en stand, me faisant épingler à plusieurs reprise pour participer à la prochaine édition du marathon de Paris, du Beaujolais, de Nantes, ou encore à l’Ultramarin qui me fait tant rêver, et bien d’autres… Je rêverais de tous les faire mais il me faudra faire des choix, et c’est bien là le plus difficile.
Laissez la LiCoRnE se promener sur un village marathon, et le calendrier des courses 2018 se remplit en moins d’une heure !

marathon de la rochelle 2017 accessoires running

Deux amis normands, Seb et David, sont inscrits sur le marathon en duo. Ils font partie de l’association que je soutiens dans mes runs #pourlesouriredepierre. D’ailleurs Seb est le super papa de Pierre. À nos retrouvailles sur place, ils me font la surprise de me proposer de m’accompagner sur toute ma course, chacun fera un semi avec moi. Seb fera le premier et David le deuxième. Me voilà très touchée car je sais déjà que mon marathon n’en sera que plus magique s’il est partagé.

Départ du dernier marathon 2017 de la LiCoRnE

Nous sommes un petit groupe d’amis à nous être retrouvés pour ce marathon. Il y a Sophie pour qui se sera le premier, Thomas qui sera premier relayeur d’un duo pour accompagner sa dulcinée sur le premier semi, Lolo qui sera bénévole sur un ravitaillement, Philippe (thepinkrunner) et sa femme Béatrice, et Julien (C’est bien d’être bien).

Chacun se dirige vers son sas de départ. L’organisation des sas se fait sur deux lieux de départs différents… les hommes d’un côté, les femmes, les masters 2 et plus ainsi que les duos de l’autre. Cette séparation avait été créée pour fêter la 20ème édition, et elle est restée ainsi depuis… une séparation plus ou moins bien vue selon les coureurs.marathon de la rochelle 2017 accessoires running

Il est 8h30, je suis dans mon sas avec Sophie qui stresse pour son premier marathon, Thomas qui la soutien de tout son cœur et Seb qui m’accompagne sur le premier semi. Il fait très froid, la voiture affichait -2°C, par contre nous avons la chance d’avoir un magnifique ciel bleu. Mais mon dieu qu’il fait froid !

Je ressens la pression qui monte autour de moi, le stress des coureurs avant le départ. Un marathon est toujours une aventure qu’il est impossible d’écrire à l’avance. Aujourd’hui, je pars sur mon 7ème arc en ciel de 42.195km en 13 mois. Même si je connais la distance, je ne peux et ne veux pas imaginer ce qui va se passer durant les heures qui arrivent. Une sortie longue m’attend, le seul objectif est de prendre du plaisir.

Premier Semi avec Seb

9h05, le départ est donné. Forcément un peu chaotique vu le monde. Alors on avance à la vitesse de la foule, on profite des spectateurs qui nous encouragent, des sourires d’enfants en découvrant mon déguisement de LiCoRnE, et de la magnifique architecture que la ville nous offre.

5ème km, la foule s’étend peu à peu. On papote, on rigole ensemble Seb et moi, mais aussi avec les autres coureurs. Il fait beau, la chaleur monte doucement. Je découvre un parcours magnifique, le centre-ville de La Rochelle vaut le coup d’œil. Au ravitaillement, je retrouve Lolo qui m’encourage pour la suite.

marathon de la rochelle 2017 accessoires running

10ème km, tiens c’est marrant ça passe vite ! Le grand nombre de coureurs et de spectateurs aidant, je ne vois pas les premiers kilomètres passer. Le seul hic : je sens dans mes sabots de LiCoRnE mes pieds qui commencent déjà à souffrir… L’ambiance est toujours aussi sympa, nous rencontrons un groupe de musiciens juste avant de passer sous un pont ambiancé de lumières arc en ciel, forcément je suis aux anges. Avec Seb, on se rend compte que nous courons peut-être un peu trop vite… je suis bien au-dessus de mon allure footing prévue, mais les sensations sont bonnes alors on décide de continuer ainsi.

Aux alentours du 17ème km, nous passons en bord de mer avec une magnifique vue sur l’île d’Oléron. Le mode LiCoRnE automatique n’est toujours pas en route et cela m’inquiète. Je n’ai pas de douleurs autres que mes pieds. J’avance toujours à folle allure, je ne m’inquiète pas pour l’instant, on verra dans une heure… mais je pense à mon ultra dans 15 jours, aujourd’hui ne doit être qu’une sortie longue. Seb est toujours là pour me faire rire et m’accompagner, il m’aide à garder le rythme.

Nous arrivons au semi, signe du passage de relais du Duo. Seb en profite pour récupérer ma veste et mes gants qui m’ont été bien utile au départ mais qui maintenant me tiennent trop chaud. Nous avons vraiment un temps idéal pour un marathon, c’est une chance, et surtout nous n’avons aucun vent ! Je jette un coup d’œil à ma montre, 2h01, j’ai un peu peur d’être partie trop vite. Surtout avec mes deux derniers marathons si proches… Je sais que je vais le finir, je ne doute pas, mais si je craque tôt la fin sera longue….

Deuxième semi avec David

Le relais passé, David me rejoint. Je suis toujours en forme et sur cette allure folle. David me le fait même remarquer.

Nous partons donc ensemble pour la deuxième boucle, l’avantage est d’avoir repéré les côtes au premier tour. Même si c’est un deuxième passage, j’ai l’impression de le découvrir. J’y vois pleins de nouvelles choses magnifiques. C’est vraiment un chouette marathon !

25ème km, le corps tient et les jambes avancent toutes seules, on y est : le mode LiCoRnE automatique est enfin mis en route : ouf ! Me voilà rassurée. Je retrouve à nouveau Lolo super souriante au ravitaillement, cela fait plaisir de partager quelques mots ensemble.

30ème km, comme sur chaque marathon, beaucoup de coureurs commencent à marcher. Comme sur chaque gros marathon, je dois commencer à slalomer entre les coureurs qui ralentissent et à éviter ceux qui s’arrêtent brutalement. En doublant l’un deux (t-shirt vert) qui a l’air d’être dans un dur moment, je lui propose de s’accrocher à la magie de la LiCoRnE et de repartir avec moi. C’est ce qu’il fait, d’ailleurs il arrivera même à repartir devant, j’en suis très contente pour lui.

Je croise Julien (C’est bien d’être bien) qui est dans le dur, j’essaie de le motiver à repartir sauf qu’il me dit qu’il a le genou en vrac… Je suis triste pour lui, et cela a le mérite de me freiner. Pas de blessure avant mon ultra !

David m’encourage dans les côtes qui me semblent bien plus compliquées à grimper qu’au premier tour (normal, non ?). Et mes pieds… aie aie aie. Chaque foulée est douloureuse, je sens qu’il se passe quelque chose d’énorme dans mes baskets… un carnage se prépare. Je suis obligée de modifier la façon dont je pose mon pied pour amoindrir la douleur, sauf que forcement cela me fatigue plus.

35ème km, nous y voilà ! La cadence baisse brutalement, je me disais aussi que je ne pourrais pas courir à cette allure pendant les 42km mais je suis super contente d’avoir réussi à tenir jusque-là. D’ailleurs, en jetant un œil à ma montre et en faisant un super calcul savant, je me rends compte que je peux battre mon RP. Tiens, cela me rappelle vaguement le marathon de Guécélard… Sauf que je ne veux pas repartir dans l’idée de battre mon RP, je suis ici en mode sortie longue !

La côte du 39ème est dure et raide à grimper… je fais signe à David de stopper, je préfère la monter en marchant pour me prémunir. En haut de la côte, je retrouve le coureur au t-shirt vert, pour me remercier de l’avoir relancé tout à l’heure, il me propose maintenant de me crocher à lui jusqu’à la fin. Alors je m’accroche à David et à Mr t-shirt vert.

Plus que deux kilomètres et nous arrivons. Mais sur marathon, ces deux derniers kilomètres en paraissent 5… Je veux en finir, alors j’accélère, portée par la foule de spectateurs qui me crient « allez la licorne ! », j’augmente la cadence. David me voit partir, il me regarde et me sourit, il a comprit ! Il se met devant moi et accélère pour me tirer. Je me retourne une ou deux fois, Mr t-shirt vert nous suit également ! Génial ! On se tire une bourre pour terminer ce superbe marathon de La Rochelle. Un trio se forme donc, on zig zag tous les trois entre les nombreux coureurs que l’on double, David continue d’accélérer, et nous le suivons ainsi jusqu’à l’arche d’arrivée où je terminerais ce marathon par un joli saut de LiCoRnE joyeuse.

marathon de la rochelle 2017 accessoires running

J’adore terminer ainsi une course, la sensation de sentir sa force revenir, de trouver l’énergie qu’il faut pour pouvoir tout donner, sentir les muscles de ses jambes bosser comme des fous, et prendre plaisir à pouvoir accélérer.

Un moment magique arrive quand, après l’arche d’arrivée, Mr t-shirt vert vient me voir, nous nous remercions mutuellement, puis il m’annonce qu’il a fait son RP sûrement grâce à notre trio. Je jette alors un œil à ma montre… La LiCoRnE aussi vient de battre son RP, de 2 minutes en terminant ce marathon en 4h07 !

Trop émotive, je ne peux retenir mes larmes. Les frissons que m’ont procuré ces deux derniers kilomètres m’envahissent, les endorphines se font ressentir, je kiffe ! Je profite de ces moments, ils sont tellement rares et précieux.
J’entends hurler sur ma gauche « LA LICORNE ! ». Seb est là, il nous attendait et nous félicite.

La folie des vestiaires

Le marathon terminé, je récupère mon sac et je file aux vestiaires pour me changer.

Julien me rejoindra en boitant… Nous nous moquons gentiment l’un de l’autre. Nous avons une sacré dégaine tous les deux. Julien est en mode robot avec son genou et moi je n’arrive plus à poser mes pieds par terre. J’ai hâte de retirer chaussures et chaussettes pour savoir à quoi ressemble le carnage. C’est un désastre à tel point que Julien le qualifiera de maquette du système solaire.

La blessure au genou de Julien et mes pieds cloqués auront eu le mérite de nous faire rire pendant un bon moment !

Et Sophie ? Eh bien elle fait partie du clan des marathoniens ! Elle a terminé son marathon avec brio. Bravo à toi ! Quand à Thomas, il aura couru son premier semi officiel et pris un max de plaisir à accompagner sa Sophie.

marathon de la rochelle 2017 accessoires running

Le marathon de La Rochelle est un très beau marathon, à aucun moment je ne me suis ennuyée, à aucun moment je n’ai trouvé le temps long. Je venais uniquement pour faire une sortie longue, profiter d’un joli marathon et partager cela entre amis. Je repars avec une jolie médaille qui représente mon RP et plein de souvenirs partagés.

Cette fabuleuse ballade et tous ces moments de bonheur et de joie partagés me boostent à fond pour mon ultra (82km et 1650m D+ sur le Trail Tour du Canton). J’ai vraiment hâte d’y être, les 15 jours d’attente vont me paraître longs, aussi longs que pour un enfant qui attend le 25 décembre !

Promis je vous ferais un joli récit de cette nouvelle aventure….

Pensez à prendre le temps de vivre et de ressentir votre joie et votre bonheur…

Compte-rendu par Aurélie Berthe alias Lilie Corne Rose

Rédacteur d'un jour

Ils aiment courir, ils partagent leurs aventures et leurs conseils, ils sont rédacteurs d'un jour pour Accessoires Running.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire